Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Départ de notre Daniel Mazeau pour jours de course

    Cette apres midi Daniel est parti pour 6 jours de course sur le circuit automobile du Var.Au coeur du Var et de la Provence, à 20 kms de la baie de Saint Tropez.

    Suite a notre conversation telephonique au 34iem km vers 19h30

     pour manger avant de repartir.il estime environ 85 km par jour suivant sa forme.Actuellement à plus de 46 km et prend la  11 iem place et 4h50de course.

    PERRONNET Jean claude lui est en 46 iem postion avec plus de 37 km avec 5h00 de course

     

     

    logo-fuf

    visioner le direct de la course sur le lien suivant:

    http://www.french-ultra-festival.fr/

  • Le Dijon triathlon veut aimer Cézaire

    Avec Paul Lalire dans ses rangs, Dijon triathlon peut espérer se maintenir.  Photo SDR

    Avec Paul Lalire dans ses rangs, Dijon triathlon peut espérer se maintenir. Photo SDR

    Dimanche, Saint-Cézaire près de Grasse accueille la 3e manche du championnat de France de 1re division de duathlon. Après les deux premiers volets, l’équipe dijonnaise qui dispute sa première saison à ce niveau fait mieux que de se défendre puisqu’elle est actuellement 10e au général.

    À 14 heures, l’équipe dijonnaise composée d’Adrien Alix, Paul Lalire, Jany Leseur, Christophe Menoury et Sylvain Reiss s’élancera pour 5 km de course à pied, 6 boucles de 5 km soit 30 km de cyclisme et de nouveau 5 km de course à pied.

    Maintien possible

    Les parcours sont annoncés relativement plat ce qui devait générer une première course à pied très rapide et surtout un vélo où la stratégie aura son importance avec toujours le risque d’un regroupement qui redistribuera les cartes pour la deuxième et ultime course à pied.

    Au départ, on retrouve le gratin mondial de la discipline avec Emilio Martin, le champion du monde 2012, Antoine Duvivier, vice-champion du monde 2012 et surtout une équipe de Metz favorite, vainqueur de deux étapes, et emmenée par Benjamin Choquert vainqueur à Still, il y 15 jours. Dijon a aussi des atouts avec Adrien Alix 13e à Still et Paul Lalire auteur la semaine dernière d’un temps canon de 30’40 l’occasion de la finale des “France” de 10 000 mètres sur piste.

    L’équipe bourguignonne espère ainsi consolider sa place parmi le top 10 et pourquoi pas en grignoter encore une. Le maintien pourrait alors être déjà acté à deux étapes de la fin.

     

  • 10 km de Balma.

    Sophie Duarte en 33'06" et avec facilité avant son stage en altitude à Font Romeu

    Photo G.B.

    Pas d'enjeu pour Sophie Duarte au départ des 10 km de Balma organisés par son club. Juste une sortie rythmée avant de grimper dans sa tannière de Font Romeu pour un stage en altitude.

    Pour Sophie Duarte, les 10 km de Balma, c’est la sortie club par excellence. Un rendez vous pour mouiller le maillot de club et se faire plaisir sans se soucier du chrono, ni du classement.

     

    Une nouvelle fois, celle qui a brillé au Mondial de cross en Pologne était présente au départ de cette classique aux côtés de 900 coureurs.

     

    Devant, c’est parti vite avec kenyans, éthiopiens et burundais pour animer la course, la victoire revenant à Issac Mwangi en 28’35» avec près d’une minute d’avance sur Menggesha Haile Tegegn et Onesphore Nkunzimana.

     

    Pas très loin derrière avec les meilleurs régionaux du 31 et des départements limitrophes, à la recherche d’un bon chrono dans un contexte relevé (28 coureurs sous les 35’), Sophie Duarte a réalisé une bonne sortie foncière, se classant 16ème au scratch en 33’09 ».

     

    Après cette escapade dans la banlieue toulousaine, maillot orange sur les épaules, celle-ci pouvait boucler ses valises, destination Font Romeu pour un long stage en altitude.  

     

    > Lire les résultats : cliquez ici

  • Courir en Bourgogne du Sud.

     Et de deux pour Timashov (Ukraine).

    Et courir… de plaisir

    Peu avant le passage au premier kilomètre, Timashov a déjà creusé un écart important  Photo JSL

    Avant d’aller se frotter aux spécialistes du bitume, sur 20 bornes à Lausanne, Volodymyr Timashov est venu se ressourcer. À Montceau. Où il s’était déjà imposé l’an passé.

     

     

    Il s’est retourné plusieurs fois. Pas inquiet mais surpris. En dépit d’un départ qu’il jugeait « normal, sans en rajouter », l’Ukrainien était déjà quelques mètres devant l’effectif. Jusqu’au passage au kilomètre, en 3’05, Volodymyr Timashov a souvent jeté des petits coups d’œil derrière lui pour savoir ce qui se passait. Avant de décider de faire sa course. « J’étais bien, le rythme était tranquille pour moi et je connaissais le parcours. »

    Lauréat douze mois plus tôt, le gaillard a profité du long passage face au vent le long du canal pour définitivement prendre ses distances. Logique pour un athlète qui, il y a quelques semaines, pointait sous les trente minutes sur cette distance en Pologne. Hier, en 33’03, Volodymyr Timashov a effectué une bonne séance. « La semaine prochaine, je serai sur un 20 km à Lausanne. Aujourd’hui, c’était vraiment une course pour le plaisir. » Avec mêmes quelques encablures sous le soleil pour ne rien gâter.

    Avantage dehors

    À distance, conscient qu’il était vain de chercher la bagarre, Cédric Bernettes s’est efforcé de limiter les dégâts, signant une prestation le laissant un peu sur sa faim puisqu’à près d’une minute de sa sortie 2012. « Le vent était assez violent, même dans la dernière montée. » Un constat plus qu’une excuse pour celui qui avait sans doute déjà la tête ailleurs. Car avant les 10 bornes de Paray, le coureur de Morvan Oxygène va disputer les cinq rencontres de Régionale 3 de tennis avec le club d’Étang-sur-Arroux.

    « J’ai été classé 15, maintenant je suis 15/2), il me manque de la régularité. L’athlé m’aide côté condition, car j’ai un jeu assez défensif, donc qui dure, mais je dois travailler ma réactivité. » En attendant, Cédric Bernettes s’est offert une belle deuxième place, bâtie au train, à la régulière, question d’habitude. Et alors qu’il pouvait envisager de compléter le podium, Florian Gomet a dû laisser filer un revenant, Jérémy Comte.

    Au sprint

    Après un an et demi sans compétition, « mais je continuais à m’entraîner quand même, » le jeune Montcellien scelle une rentrée plus que satisfaisante. « J’avais vraiment de décompresser un peu, j’avais enchaîné trop de courses. C’est bien pour une reprise. »

    Espacées jusqu’alors puisque Florian Gomet touchait seul ensuite au 4e rang, les arrivées s’accordaient alors pleinement avec le décor pour les autres places d’honneur du Top dix. Avec une banderole située sur la piste d’athlétisme de Jean-Bouveri, le final de ce 10 km laissait aux prises sur le synthétique, Cyril Nugue -ECA), Quentin Duplessis, Florent Macé (Semur), Denis Berland (UACB) et Philippe Linger (Morvan Oxygène).

    Deux cents derniers mètres de sprint qui permettaient au Chalonnais Cyril Nugue de garder le dernier mot. « Heureusement que nous étions un petit groupe, sinon je pense que j’aurais lâché. J’ai d’ailleurs failli à plusieurs reprises. » Ce qui n’empêchait pas le coureur de l’ECA de prendre ses responsabilités au bas de la dernière difficulté. « Je me suis dit que c’était un peu à moi de prendre les relais, j’ai essayé de mettre du rythme. » En vain. « Tout le monde a suivi. Heureusement, j’ai une bonne petite pointe de vitesse. »

    L’orage pouvait, à son tour, s’inviter pour accélérer la remise des prix, cette édition 2013 était bel et bien passée à travers les gouttes. Avec 220 arrivants, elle confortait aussi sa spécificité de course populaire au sens noble du terme.

    Aujourd’hui, Natallia est devenue son guide

    Natallia (356) et Yulia (357) ont dominé la course féminineNatallia (356) et Yulia (357) ont dominé la course féminine

     

    Il court toujours. Mais ce n’est plus une priorité. Habitué du podium des courses du 1er mai à Montceau – il était encore deuxième l’an passé- Dimitri Chatkin a levé le pied. « Ca me va bien ; je fais encore quelques 10 km parce que c’est plus facile mais je suis plus entraîneur que coureur maintenant. » Et la première à bénéficier des précieux conseils du coureur russe n’est autre que son épouse, Natallia Chatkina, lauréate en 2012 à Jean-Bouveri et récidiviste hier, sans puiser dans ses réserves.

     

    « On voulait une séance de train. C’est parfait. » Pour l’occasion, Natallia était accompagnée par la petite dernière du groupe, sa compatriote Yulia Pilipenka. « C’est agréable de se retrouver sur ce type de parcours, il n’y a pas trop de monde et c’est une belle course. » Actuellement chez des amis en Haute-Marne, le groupe va enchaîner les sorties après Lausanne avant de regagner la Russie.

     

    « Je préfère ce rôle d’entraîneur. Et pour donner vraiment à une athlète, il faut avoir l’esprit libre, être disponible, ce qui est incompatible avec l’envie de rester au haut niveau pour soi, » conclut Dimitri.

     

  • Trail du Tacot.

    Rouger était le plus rapide

    Pour sa première participation au Trail du Tacot, Guillaume Rouger inscrit son nom au palmarès du 26 km.  Photo J.-L.M

    Pour sa première participation au Trail du Tacot, Guillaume Rouger inscrit son nom au palmarès du 26 km.

      Photo J.-L.M

    Pour sa première participation Guillaume Rouger a remporté, hier le 26 km du Trail du Tacot. C’est Romain Lelièvre, un habitué de l’épreuve qui s’impose sur le 15 km.

    La septième édition du Trail du Tacot qui se tenait hier à Gevrey-Chambertin a été marquée par les performances de nouveaux venus sur l’épreuve et par les conditions optimales de course dont ont bénéficié les amateurs de trail.

    Et ils étaient nombreux à s’élancer depuis la place des Marronniers, 150 sur le 26 km et près de 350 sur le 15km. Tant et si bien que le vainqueur de l’épreuve reine organisée par Escargots 21, n’était pas sûr de pouvoir prendre le départ. « Je viens de l’Aisne, je suis en vacances en famille à Couchey et j’ai vu dans le journal mardi, qu’il y avait ce trail », explique Guillaume Rouger, le plus rapide sur 26 km. « J’ai pu avoir un dossard à la dernière minute. J’ai pris cette course dans une logique de préparation car je participe au Trail Tour National. Ce type de course me permet de travailler la confiance. Je suis parti vraiment tranquille puis j’ai grignoté les places une à une. » Une remontée qui lui aura permis de reprendre Xavier Marceau dans les derniers kilomètres d’un parcours que le coureur aura visiblement apprécié : « Le coin est magnifique, il y a de beaux points de vue. » Nouvelle venue sur l’épreuve, Clothilde Genin s’impose dans le classement féminin du 15 km, grâce à sa dixième place au général : « Cela fait 13 ans que je n’avais pas couru et cela me manquait. Je me prépare depuis un mois maintenant : ce résultat est inespéré, je suis vraiment émue. »

    Les habitués des courses côte-d’oriennes n’étaient pas en reste, Romain Lelièvre s’imposant sur un 15 km très disputé. Victorieuse pour la troisième année, Elisa Bollonjeon, malgré une légère contracture, elle, a même amélioré son chrono de 2012 en 2h15'18'' : « C’était bien boueux quand-même, mais dans l’ensemble les conditions étaient parfaites. » Les organisateurs sauront apprécier.

    Résultats

    15 KM. – Masculins : 1. Lelièvre, 1h04'51'' ; 2. Brahimi, 1h05'29'' ; 3. Edelin, 1h06'17'' ; 4. Gauthier, 1h07'54'' ; 5. Clément, 1h07'57'' ; 6. Dillenseger, 1h08'09'' ; 7. Alix, 1h08'30'' ; 8. Girardin, 1h10'19'' ; 9. Assadi, 1h10'33'' ; 10. Saillard, 1h10'54''. Féminines : 1. Gelin, 1h10'43'' ; 2. Langlois, 1h15'45'' ; 3. Desbois, 1h25'00''

    26 KM. – Masculins : 1. Rouger, 2h00'45'' ; 2. Marceau, 2h01'08'' ; 3. Bernard, 2h02'54'' ; 4. Pucelle, 22h03'01'' ; 5. Royet, 2h04'20'' ; 6. Lerat, 2h06'01'' ; 7. Claude, 2h07'26'' ; 8. Bbaudenne, 2h07'47'' ; 9. Mourelon, 2h2h08'57'' ; 10. Ruez, 2h09'12''. Féminines : 1. Bollonjeon, 2h15'18'', 2. Bchini, 2h32'56'' ; 3. Mahy, 2h47'46''.